mardi 27 septembre 2011

Madame ou Mademoiselle ? Live blogging sur l'ouverture de la campagne

11h30
Je commence à taper ces lignes à quelques minutes du lancement officiel de la nouvelle campagne d'Osez le Féminisme.
Personnellement, sans avoir vu la forme à part les visuels qui ont été fournis, je ne suis pas contre. 20 Minutes titre avec à-propos "Ces petits riens qui font le sexisme ordinaire" et c'est très pertinent. Devoir préciser si on est "Madame ou Mademoiselle" à EDF, son employeur, la sécu et le vétérinaire de son chat, c'est sexiste, et ça me rend dingue. On nous fait chier avec ça tous les jours, ça me fait monter la moutarde au nez petit à petit, jusqu'à ce que l'employée de banque qui refuse de me donner ma carte bancaire sous prétexte que sur le papier il y a "Mademoiselle" et je porte une alliance se fasse insulter (c'est du vécu).
Ca va avec le changement de nom au mariage, d'ailleurs. C'est discriminatoire.

Depuis quelques minutes, j'observe un déferlement de colère sur Twitter. "Combat d'arrière-garde", "il n'y a rien de plus important ?". C'est pas faux. Il y a des choses plus graves. Même rien qu'en France : viols, excision, meurtres. Est-ce une raison pour ne rien dire sur le sexisme ordinaire ?
Le sexisme ordinaire et la violence sexiste sont deux manifestations d'intensité différentes du même phénomène, la domination masculine. Peut-on dénoncer l'un sans dénoncer l'autre ? Je ne pense pas. On ne fera pas cesser les violences rien qu'avec la répression : il faut aussi éduquer les gens pour qu'ils comprennent sur quel terreau ces violences ont pris racine. Quand on y réfléchit, l'obligation de dévoiler son statut marital quand on est une femme a des implications vertigineuses. A partir du moment où on considère que le statut marital des femmes est assez important pour être mis sur tous les papiers officiels, où on considère que celui d'un homme ne l'est pas, on esquisse le contours du schéma patriarcal, ce même schéma qui est le théâtre des pires violences.
Ca ne changerait pas le monde, de supprimer l'appellation "Mademoiselle". Mais ça ferait avancer un tout petit peu les choses, c'est déjà ça de pris.

Ce qui gêne, je pense, c'est que les médias résument les militantes féministes à OLF et que le grand public pourrait penser que cette association est représentative du féminisme dans son ensemble. Ajoutez à ça que l'association a des liens très forts avec le PS, ça peut faire naître des soupçons de connivence politique, de tentative de récupération du féminisme à des fins partisanes...
A titre personnel, j'aimerais franchement qu'OLF se politise, et qu'on n'en parle plus. Comme ça, au lieu de soupçonner l'association de desseins cachés, on dirait, à chacune de ses déclarations "les féministes de gauche déclarent que..." Ce serait franc, assumé. Bien sûr, ça exclut de l'association les féministes de droite, mais rien n'empêche de dialoguer d'une association à l'autre. C'est dommage, de devoir se politiser, mais on ne peut pas fonder une association apolitique quand on est membre connu et actif d'un parti. Faut choisir, dans la vie.

Pourquoi avoir choisi de mettre en place un action sur ce thème ? Tant qu'à choisir, à mon avis, autant prendre quelque chose qui touche toutes les femmes. Ca touche à notre identité, à la façon dont on se voit, à la façon dont les autres nous voient. Ca peut être assez intime, pour certaines. Donc ça fait causer. C'est le but, je pense.
En tout cas, pour l'instant, c'est réussi. Les tweets et les articles se multiplient à une vitesse qui donne le tournis. Je vais aller bouffer, tiens.


12h30
Ca y est, le site est ouvert ! Je m'y rue.
Bon bon bon. Matériel de campagne avec badge, affiche etc... FAQ, liens... Textes explicatifs de pourquoi c'est pas bien de dire Mademoiselle (je lis en diagonale, vu que je suis déjà convaincue)...
Ah, un quizz, je vais jouer un peu tiens. Oups, score de merde.
Bon, je n'ai pas appris grand-chose, sauf que je n'y connaissais rien dans le domaine des civilités utilisées en Suisse. En même temps, comme c'est un truc qui m'agace beaucoup, je m'étais déjà un peu renseignée...
En tout cas, ça marche. #Mademoiselle est dans les sujets les plus populaires de Twitter. Quand je vous dis que l'identité, c'est intime, et ça fait réagir !



14h30
L'essentiel des réactions que je lis disent que c'est pas important. Les bodys Petit Bateau c'est pas important. La civilité c'est pas important.. La grammaire c'est pas important. Le droit d'entre au Fouquet's sans chaperon, c'est pas important.
Un grain de beauté n'est peut-être pas important, mais des fois, c'est cancéreux ! Faut juste prendre la peine d'examiner un peu la question pour réaliser qu'une chose d'apparence anodine peut cacher une maladie mortelle. Ah, que c'est dur de remettre en cause ce qu'on croit savoir !

Il y a ceux qui disent "moi j'aime bien" ou "je préfère qu'on supprime madame" ou "je préfère qu'on utilise mondamoiseau". Ca fait vachement avancer le débat, d'afficher ses goûts et préférences personnels. Tiens, je vais demander qu'on appelle tous les hommes "sucre d'orge", et les femmes "chouquette". Parce que j'aime bien.
Ah, ils y sont attachés, à ce "Mademoiselle"...
C'est peut-être aussi la peur de vieillir, pour certaines femmes : quand on t'appelle "Mademoiselle", tu te sens jeune, et puis un jour tu réalises que personne ne t'a pas appelée comme ça depuis longtemps et tu déprimes... "Mademoiselle", signe de fraîcheur de la marchandise ! C'est vrai qu'une Chouquette rassise, c'est pas bon.
C'est peut-être, pour certains hommes, la peur de ne plus pouvoir faire preuve de galanterie auprès des mignonnes jeunes filles, se sentir comme un prince charmant et dispensant généreusement ses bons services. T'inquiète pas, Mon Sucre d'Orge, tu pourras toujours me tenir la porte, si t'as envie d'être sympa. C'est toujours plus poli que me la renvoyer dans la gueule. Je n'exige pas que tu courre pour passer avant moi, et j'apprécie la politesse à sa juste valeur : ce n'est pas un dû. Je ne suis pas une princesse, j'ai des bras.


15h30
#Mademoiselle est passé sujet n°1 sur Twitter.
Et franchement il serait temps que Chouquette Kalista se remette à bosser.
J'imagine que, ce soir ou demain, une floppée d'articles va sortir sur le sites d'information mainstream. J'essaierai d'éditer ce post au fur et à mesure...
A suivre !

Edit :
21h30
Il y a du monde sur Google Actus ! Et les commentaires des articles font peur...
Encore une fois, on nous dit qu'il y a plus important, que cette "futilité" dessert la cause des femmes, que les féministes ont mieux à faire. Qu'est-ce qu'elle doivent faire, au juste, les féministes ? Foutre à poil les porteuses de burkas ? Promouvoir les valeurs féminines ? Poser nues dans des calendriers ?

19 commentaires:

  1. Héhé,intéressant^^. D'autant plus que j'ai appris l'info aujourd'hui en regardant la nouvelle édition sur Canal, ils en parlaient au JT. On en a causé un peu avec MrChéri pendant le déjeuner, et je suis une contradiction ambulante.

    Je comprends le fondement, et j'adhère. Effectivement, pourquoi les femmes devraient préciser si elles sont mariés alors que les hommes non? Quel intérêt? Et oui, c'est important, tout comme les bodys Petit Bateaux sont important (à ce propos, file sur le site d'Inter, et cherche le podcast de la Tête au Carré du 2 septembre: ils parlent de l'éducation genrée, de la théorie du genre etc, à cause des députés qui voulaient faire retirer les manuels de science. Ca devrait t'intéresser).

    Après, je fais partie (et je l'assume complètement) des femmes lobotomisées par la culture du mariage et du changement de nom: perso, j'aimerais me marier avec Simon pour une chose surtout: porter son nom. Je sais pas, ça me rendrait super fière, me demande pas pourquoi, c'est ma motivation première pour le mariage. Je me sens pas esclave pour autant, mais tout ça pour dire qu'en terme de lutte, sur ce coup là je peux pas t'aider, lol.

    Mais sinon, je comprends oui, et j'adhère.

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que ce qui me gonfle un peu, c'est les femmes qui disent "oh je tiens à mon "mademoiselle", ça fait jeune".

    Oui, c'est vrai, "mademoiselle", ça fait "jeune", "jolie", "séduisante"... C'est une "coquetterie" à laquelle certaines tiennent vraiment.

    Mais je me dis : est-ce que vraiment, se sentir jeune et séduisante, c'est tellement plus important que de se sentir égale à l'homme ?

    Quand j'ai lu certains twitts, j'ai trouvé qu'il y avait une véritable aliénation des femmes. Pour moi "mademoiselle", ça signifie que t'es baisable. Et quand un mec dans la rue me dit "mademoiselle, t'es charmante", je n'y vois aucune flatterie (j'ai l'impression d'être juste un objet sexuel et je sais que dans 40 ans je serai pris comme une merde sans intérêt par ceux qui m'abordent maintenant dans la rue, car je serai "non baisable"). Je pense que c'est une erreur d'y voir quelque chose de sympathique.

    Franchement, quand est-ce que les femmes arrêteront de considérer qu'être séduisante (même aux yeux de mecs qu'elles ne connaissent pas ou d'abrutis finis !) est ce qu'il y a de plus important au monde ? Ça me dépasse.

    Parfois j'entends des femmes dire qu'elles sont tristes parce qu'aucun mec dans le rue ne leur dit qu'elles sont belles ou bien au contraire, qui explosent de joie si ça arrive. Il y en a également qui me disent quelles ont absolument besoin de plaire aux hommes (comme s'ils étaient tous pareils ! X( ) même si elles ont un partenaire avec lesquelles elles sont très heureuses pour se sentir bien dans leur peau.

    Bon désolée, je divague, je fais du HS, mais merde !!!! Faut se libérer du regard masculin et Fuck mademoiselle ! (désolée, je deviens vulgaire)

    Bon, et j'en ai aussi marre que quoique fasse les féministes, c'est considéré comme débile.

    RépondreSupprimer
  3. Concernant le fait que les femmes pensent que seule la séduction est importante...ce n'est pas elles qui ont décidé de penser ça, quelque part. Elles ont été conditionnées pour penser comme ça, c'est très différent. Les femmes sont éduquées comme ça de génération en génération, c'est presque du réflexe de Pavloff à ce stade, largement matraqué par les médias, et le fait que l'homme soit encore tout puissant dans 98% de la société n'aide pas. Si nos générations (et les futures) éduquent les femmes autrement, alors la société arrêtera sans doute de relayer cet état de fait (séduction = but ultime de la femme)car les femmes n'y succomberont plus.

    C'est comme si on demandait à quelqu'un qu'on a élevé dans le noir sans jamais lui dire que le jour existait qu'il se révolte en demandant de la lumière...c'est en cela que le combat des féministes est important à mon sens: il permet aux femmes d'ouvrir les yeux sur ce qui existe vraiment, sur ce qui est possible. Et donc, de lutter à leur tour pour avoir droit à d'autres formes de considération, à un autre avenir.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis tout à fait d'accord avec toi, Working Mama, c'est du au conditionnement et il faudrait élever les petites filles dans d'autres optiques que celle de trouver le Prince Charmant...

    Je pense cependant que les combats féministes, mais aussi la présence de "modèles" (Marie Curie, des héroïnes comme Mulan etc.) peuvent aider à sortir de cette aliénation.

    De ce fait, mon coup de gueule est un peu injuste, je le reconnais, car ces femmes sont en fait victimes de cet impératif de séduction, c'est elles qui en subissent le plus les conséquences.

    C'était un peu un cri du coeur, pour un peu "secouer" les gens. J'espère n'avoir été blessante à l'égard de personne si certaines se reconnaissent dans mon commentaire.

    RépondreSupprimer
  5. ce truc m'a tout de suite fait penser à ma colère à chaque fois qu'on me fait comprendre qu'il est déplorable que je sois toujours célibataire et que je n'ai jamais eu d'enfant. j'ai 51 ans et suis chômeur et à plusieurs reprises on m'a fait comprendre, textuellement, qu'il valait mieux pour ma crédibilité que je marque un mensonge sur mon statut : divorcé, deux enfants !
    célibataire, pour un homme de mon âge, c'est très mal vu il parait.

    à mon avis, ce qu'il y a derrière tout ça, pour les femmes comme pour les hommes, c'est la demande insistante de tout le monde à l'égard de l'individu en demande de quoi que ce soit de faire preuve d'intégration au principe numéro un du système culturel : avoir procréer ou avoir été dans la démarche, donc avoir été marier ou l'être, et avoir eu des enfants d'une façon ou d'une autre.

    ce qui m'a fait d'ailleurs rompre avec des amis de jeunesse, c'est quand très tardivement j'ai été dépucelé : là on m'a dit textuellement, "maintenant tu es crédible" ! (les même qui m'avaient dit avant qu'il fallait que je me fasse violence pour y arriver ! si !)

    c'est le même principe qu'il y a encore derrière tout ça, la mademoiselle ou le puceau, c'est méprisable, ça n'a fait preuve d'aucune intégration, c'est à dire soumission et adhésion au système de valeur culturelle sexiste ET nataliste.

    on ne parle jamais de ce qui est en ce sens imposé aux hommes : forcément, ces cons n'en ont aucune conscience du fait qu'on leur présente le truc comme étant à leur avantage et que de part leur éducation, ils sont désensibilisés à eux-mêmes... etc...

    RépondreSupprimer
  6. J'ajoute que je crois assez fortement que les choses changeront. Par contre, elles ne changeront pas seules, et il faut mener les combats sans jamais relâcher, ce que font les féministes depuis 50 ans et je suis admirative de ça. Mais il me semble par contre utopique de dire "combien de temps ça va encore durer,il faut que les choses changent maintenant": on parle de politique, mais surtout de mentalités. Et quelque soit le moment de l'Histoire, les évolutions de moeurs se sont profilées sur des générations, parfois des centaines d'années. Notre modernité n'empêche pas que nos mentalités mettent du temps à évoluer, à remettre en cause les principes ancrés, à "oublier" l'avant.

    On peut agir en surface rapidement avec des décisions politiques (comme là, par exemple, l'histoire du Melle). Par contre, le changement profond des mentalités mettra des dizaines d'années. Il a commencé il y a 50 ans, les choses ont (mine de rien) quand même avancé puisque les femmes ont plus de droits qu'à l'époque (même si ce n'est pas assez nous sommes bien d'accord). Aujourd'hui, même le plus misogyne des hommes trouverait aberrant qu'une femme ne puisse pas voter en France, ce serait inenvisageable. Dans 50 ans, peut-être que ce qui paraît normal dans les rapports hommes/femmes aujourd'hui, et qui ne l'est en fait pas, sera définitivement acquis à la cause des femmes. Dans ce domaine, je crois vraiment à la patience, et à la lutte de fond. L'impérieux ne fonctionne pas.

    RépondreSupprimer
  7. (désolée Paul, je n'avais pas vu que tu avais posté, je répondais à Antisexisme ;) Effectivement les propos que tu as reçus sont assez douteux...et j'imagine pas très faciles à encaisser! )

    @Antisexisme: non je ne crois pas que tes propos soient blessants. En fait je rebondissais juste sur cette phrase là spécifiquement. Quand aux combats féministes, complètement d'accord. C'est ce que je dis dans mon comm juste au dessus (je n'avais pas vu ta réponse non plus): il n'y a que par ces combats de fond que les choses changeront, c'est évident. Mais il faut savoir, à mon sens, être patients. Un pas après l'autre, une victoire après l'autre, pour que tout s'ancre profondément dans la tête des gens. C'est comme ça que les choses changent.

    RépondreSupprimer
  8. @ Working-Mama : mais tu as le *droit* d'utiliser le nom de ton époux, si tu le désires. Je n'ai rien contre ça. Je suis contre le fait que ça soit systématique. Quasi personne ne sait qu'il n'y a pas d'obligation légale. Moi, je n'utilise pas le nom de mon mari, et je ne veux pas qu'on m'y oblige. Je n'obligerai personne à prendre un nom dont il ne veut pas, et je n'empêcherai personne d'utiliser le nom qu'il choisit.

    @ antisexisme : oui, ça me rend dingue aussi.
    J'ai écrit un truc un peu maladroit il y a longtemps quite à un pétage de plombs face à deux greluches lobotomisées de mon ancien labo :
    http://journalennoiretblanc.blogspot.com/2010/06/le-silence-des-poupees.html
    Bon, je comprends très bien que c'est pas simple... cf un autre article que vous aviez lu toutes les deux, je crois
    http://journalennoiretblanc.blogspot.com/2011/06/un-long-processus-qui-peut-etre.html
    Mais qu'est-ce que c'est énervant !!!
    Je reste sur ma position "tous victimes (même si certaines morflent plus violemment que d'autres), et tous coupables". Hommes comme femmes, on a des oeillères qu'on refuse de lâcher.
    J'ai pompé l'idée de la caverne à Platon dans une discussion avec Ninouchka sur Twitter : on vit dans une caverne, sans avoir vu la lumière. Certains sont sortis tous seuls et viennent chercher les autres. Parmi eux, certains sortent en courant, quitte à se péter un peu la gueule au passage, d'autres ont besoin d'être pris par la main, d'autres refusent de sortir et s'accrochent au rocher, quitte à y crever. Ceux-là, on a envie de les prendre par la peau des fesses et de les faire avancer à coup de cravache. Mais c'est pas humain de les traiter comme ça, alors on les subit... En râlant des fois, faut bien s'exprimer ! ;-)

    @ Paul : le norme, c'est de se marier à un certain âge (plus tard pour les hommes que pour les femmes), faire des gosses à un certain âge (trop tôt t'es pas prêt, trop tard t'es plus bon). Après, des fois on divorce, des fois on recompose des familles, mais c'est pas grave, il faut brasser les gamètes. Et attention, hein, le môme doit être fait maison, pas adopté, sauf si on est stérile ou si on en a déjà plusieurs et qu'on est très généreux.
    Donc ça doit obligatoirement se passer dans le ventre de madame, lequel doit être durablement réservé par une alliance (c'est moins volatil que de faire pipi autour d'elle).

    @ Working-Mama encore : les choses ont avancé, et avanceront encore. Le rythme est lent, et l'inertie des mentalités empêchent d'aller aussi vite que nous le voudrions. N'empêche qu'il faut se battre, sinon ça n'avancera pas du tout. Quitte à être déçues ! On ne peut pas se battre sans y croire. Alors croyons-y, et avec un peu de chances nous serons surpris du résultat !
    Les gens *peuvent* évoluer. Regarde la sécurité routière ! En une génération, certains ont compris pas mal de choses. Si on y met les moyens, on peut faire des miracles. Les gens ne sont pas tous stupides, si tu leur démontre qu'ils ont tort, si tu matraques un peu le message, ils mettent du temps à piger, mais ça finit par rentrer.

    RépondreSupprimer
  9. "Donc ça doit obligatoirement se passer dans le ventre de madame, lequel doit être durablement réservé par une alliance (c'est moins volatil que de faire pipi autour d'elle)."
    J'ai beaucoup rit de la tournure de phrase, et puis c'est tout à fait ça, dans le fond.

    Je ne pense pas que ce soit un combat futile.
    Je suis française expat au Quebec, et ici, le temre mademoiselle a disparu, et les femmes gardent leur nom de naissance toute leur vie.

    Je ne vais pas dire que c'est là une conséquence directe, comme un lien de cause à effet, mais la différence est palpable dans la société en général :
    - pas ou peu de femmes nues pour vendre tout et n'importe quoi
    - pas de "plaisanteries" sexistes et graveleuses autour de soi (vous savez, celles que vous devez encaisser sans broncher au quotidien sous peine d'être taxée de rabat-joie sans humour)
    - plus de femmes manager et un meilleur équilibre vie privée / vie professionnelle.
    pour ne citer que les choses les plus frappantes.

    Enfin "frappantes" ce n'est pas exactement le mot. C'est plutôt en rentrant en France qu'on est "frappée" (agressée) par le sexisme ambiant.

    RépondreSupprimer
  10. En français, mademoiselle ne constitue pas un élément de l'état civil dans le sens ou la distinction Madame/Mademoiselle n'est régie par aucun texte. Les administrations doivent donc (en principe) se conformer au choix des intéressées. Madame semblant employé par défaut s'il n'est pas connu.

    Moi si on m’appelait « Mademoiselle » j’aurais plutôt tendance a répondre :
    - Au fait, moi c’est Madame. Mademoiselle c’est pour les intimes ^^

    RépondreSupprimer
  11. @ Malicia : Contente de t’avoir fait rire ! Je trouve ton com' ce matin, ça me met de bonne humeur.
    En France, j'entends souvent dire que les féministes québécoises sont allées trop loin. Tu penses, on ne peut même plus siffler une fille dans la rue ! ;-)
    Il accusent l'influence néfaste de Etazuniens puritains. Mais ils ne remettront jamais en cause leur système de pensée.

    @ Healcraft : moi, c'est Madame, alors c'est facile, hein. Mais avant mon mariage, quand on me demandait dans la rue, je répondais Madame, pour qu'on me lâche la grappe.
    Aujourd'hui, j'aimerais bien dire "c'est Docteure", mais si c'est pour qu'on me réponde "tu veux jouer au docteur avec moi ?", merci !
    Des fois, je réponds "qu'est-ce que ça peut vous faire ?" quand j'ai le courage d'encaisser les insultes qui suivent.

    RépondreSupprimer
  12. "Donc ça doit obligatoirement se passer dans le ventre de madame, lequel doit être durablement réservé par une alliance (c'est moins volatil que de faire pipi autour d'elle)."
    oui hein
    ça c'est une injustice fondamentale !
    non sans blague, je pense que c'est le truc qui rend les hommes jaloux puis haineux à l'égard des femmes.

    à part ça, je ne sais pas très bien à quel âge les hommes doivent avoir été marié. moi on m'a fait chier avec ça très tôt dans mon milieu familial et dans la société. donc je sais paspour les autres.

    RépondreSupprimer
  13. @ Paul :
    "non sans blague, je pense que c'est le truc qui rend les hommes jaloux puis haineux à l'égard des femmes."
    Je ne pense pas que ce soit l'enfantement qui soit jalousé, vu le discours méprisant à l'encontre des pondeuses. Je pense que c'est le fait d'être certaine de sa filiation qui les rende jaloux voire revanchard.
    Mébon, je ne suis pas un homme, vous n'êtes pas un macho, c'est donc un peu dur d'en être certains...

    "à part ça, je ne sais pas très bien à quel âge les hommes doivent avoir été marié. moi on m'a fait chier avec ça très tôt dans mon milieu familial et dans la société. donc je sais paspour les autres. "
    Je dirais qu'à 30 ans il *faut* con-voler. Et se reproduire dans la foulée. Avant, il y a les études (de plus en plus longues, histoire d'être au chômage le plus tard possible), et quelques années de célibat (comprendre soirées entre copains, biture et baise acharnée), pour bien profiter de ces "belles années" (ça donne envie, hein ?) et ne pas avoir de regrets quand on a la "corde au cou". Après 30 ans, les femmes commencent à se demander ce qui ne va pas chez le gars, d'après mes potes célibataires (et désespérés de l'être) de 30 ans et quelque.

    RépondreSupprimer
  14. @Kalista

    Je reste sur ma position "tous victimes (même si certaines morflent plus violemment que d'autres), et tous coupables".

    De toute façon, un système de domination ne peut perdurer que s'il y a une complicité des dominés...

    Accepter de n'être que des objets sexuels, et même, aimer ça, est pour moi une sorte de complicité.

    RépondreSupprimer
  15. @ antisexisme : Ah ménon ménon, je m'insurge ! Nous ne sommes pas *que* des objets sexuels ! Nous sommes des Mamans aussi.
    Ouah, je m'auto-trolle. Vivement le week-end.
    Oui, c'est carrément une complicité. Mais le ou la complice veut souvent bien faire et ne se rend pas compte du mal qu'il ou elle fait (sauf cas exceptionnel) aux autres et à lui-même.
    Je pense qu'il faut aussi se rappeler que la lutte antisexiste touche à des sujets personnels, intimes : la famille, la sexualité, le rapport au corps, l'identité... C'est normal de défendre bac et ongle la façon dont on se voit, l'identité qu'on a intériorisée... C'est pour ça qu'il faut faire preuve de mesure et de pédagogie.

    RépondreSupprimer
  16. @ Healcarft,

    ben oui du coup je comprends pas pourquoi l'association OLF ne lutte pas tout simplement pour l'application stricte de la loi.
    Mademoiselle ou le terme "nom de jeune fille" n'ont aucun fondement juridique, il est illégal surtout pour une administration de proposer ce choix à une femme.
    Et de rappeler au passage que le nom d'épouse est une coutume tolérée et contraire à la loi mais qu'une femme garde quel que soit son statut son nom d'état civil. Il serait grand temps que les logiciels puissent gérer deux noms pour un même dossier, c'est très simple et la plupart le peuvent d'ailleurs. Et non ce n'est pas trop compliqué, les espagnols portent le nom de leur père et de leur mère, il y a donc trois combinaisons de noms dans une même famille et l'état civil n'est pas pourtant dépassé.

    Un jour à mon boulot j'ai joué l'idiote, je devais signer un dossier d'un couple où la femme avait mis son nom de famille. Du coup je vais voir la collègue pour lui dire s'il est possible d'enregistrer les deux noms afin que le courrier soit adressé aux deux noms et c'était possible. Sauf que d'après ma collègue, "pour être sûr" de la volonté de la femme, il aurait fallu qu'elle fasse une lettre pour demander à utiliser son propre nom au lieu du nom de son mari!!!J'ai argumenté d'un air innocent que c'était plutôt les autres femmes qui devraient faire des lettres pour justifier le fait qu'elles utilisent le nom de leur mari au lieu du leur ce qui est contraire à la loi, et que l'autre femme ne devrait pas avoir à faire une demande spéciale pour qu'on applique tout simplement la loi. A l'aide du dossier et de leur RIB où était aussi spécifié leurs deux noms, j'ai pu les convaincre de mettre les deux noms dans la base de données.
    Ma victoire n'étant pas tant pour cette femme (qui au moins ne soupirerai pas de découragement cette fois en recevant du courrier) mais plutôt de répéter encore et encore la loi ce qui fonctionne bien mieux que la morale féministe pour les gens réfractaires.

    De même, sans polémiquer je m'étonne de "ah tiens pourquoi tu utilises le nom de ton mari?" pour renverser ce qui semble normal.
    Mais la lutte sera longue, une amie s'est fait présenter un faux décret par une administration pour arguer qu'elle était obligée de prendre le nom de son mari! Et d'autres ont craqué parce qu'elles en avaient marre de se balader avec leur livret de famille pour aller prendre leurs enfants à l'école.

    RépondreSupprimer
  17. @ lyly :
    "Mademoiselle ou le terme "nom de jeune fille" n'ont aucun fondement juridique, il est illégal surtout pour une administration de proposer ce choix à une femme."
    Je ne crois pas. Il me semble qu'il n'y aie rien d'écrit à part une recommandation du Sénat. Donc rien de légal, contrairement au micmac du nom de jeune fille où, là, il y a une loi qui n'est pas connue ni respectée.
    En tout cas, le site de la campagne qui explique qu'il n'y a pas d'obligation légale.

    "De même, sans polémiquer je m'étonne de "ah tiens pourquoi tu utilises le nom de ton mari?" pour renverser ce qui semble normal."
    Héhé !
    Je prends aussi un ton surpris quand on me demande "ah, tu as gardé ton nom de jeune fille ?" Ben oui, c'est la loi !
    J'ai dû écrire une lettre à mon nouvel employeur disant que *conformément à la loi*, je n'utilisais pas le nom de mon époux. Pour l'instant, ça marche.

    RépondreSupprimer
  18. @ Lyly,
    A mon avis, pour se dévouer corps et âme dans une cause, le mieux c'est encore de la rendre passionnante, en plus comme Pierre me l'avait dit au début, le féminisme c'est passionnant.

    Et la passion...c'est contagieux ! Bien sur on risque d'y perdre des plumes, mais qu'importe pour ceux, rare il est vrai, qui n'ont ni chaines ni attaches.

    Et après tout, cela apporte plus de suspense à l'histoire. Le féminisme n'est t'il pas le futur de humanité-e ?
    Il suffit juste d'y croire à mon avis, et d'être patient. Le jour ou tout cela sera rationalisé en terme simple et évident pour tout les enfants du monde, les civilisations patriarcales d’aujourd’hui ressembleront à de lugubres sociétés antique et barbare.

    Aprés tout, il suffit juste de savoir que des gens nous comprennent et approuvent, moi je n'en ai jamais douté, parfois quelques mots sont plus efficace qu'un long discours :

    http://enquelquesorte.blogspot.com/

    Oui, Lyly le combats sera long, et comme disait Coluche, dans 100 ans on sera tous mort, alors en fait rêvons maintenant !

    Ps : Et GG pour ta victoire, Lyly !

    RépondreSupprimer
  19. Oopss, Anonyme précédent, c’était moi ^^

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.